L’intervention des psychologues dans les écoles en situation de crise

Gestion des situations de crise

Programme Comenius

• Se former pour intervenir en urgence,
• Travailler ensemble entre psychologues européens ont été les deux grands axes de ce séminaire qui a été de qualité exceptionnelle et qui a renforcé notre identité européenne et notre identité de psychologue.

Ecole inondée, suicide d’un professeur, massacre dans un collège, actes de pédophilie, accidents mortels en car scolaire, décès d’un élève en cours de sport…. L’école est-elle préparée à vivre ces situations intensément traumatiques? Comment les vit-elle sur le moment et après la crise? Quelle aide peut apporter le psychologue en poste dans l’école en direction des enfants, des enseignants et personnels éducatif, des familles?

Comment faire face au stress, mobiliser nos propres ressources pour apporter une aide appropriée aux victimes, agir en équipe en situation d’urgence dans le lieu du drame après une évaluation pointue des besoins, écouter, faire circuler la parole et les émotions, donner les bonnes informations avec les mots justes, être disponible et bienveillant dans la relation d’aide?

Grâce au séminaire européen organisé par notre collègue Bernhard Meissner, membre de l’ISPA et directeur du F.E.L.S Allemagne( Service d aide aux enseignants, élèves et familles), 27 psychologues scolaires européens réunis en Italie du 20 au 26 septembre 2003 sont un peu mieux préparés à gérer ces situations de stress .Celles-ci malheureusement deviennent fréquentes ou du moins sont de plus en plus pointées par les médias qui concluent leurs articles de « une cellule d’écoute psychologique a été envoyée sur les lieux par l’Inspecteur d’Académie » .(Voir le Monde daté du 25 sept. 03 suite au drame dans un collège d’Evry et notre journal Echanges N°57 « Tribune libre au Médiateur de France 2 »)

Ce groupe, très convivial, qui comprenait des collègues allemands (13), hollandais, suisses, polonais, anglais, français (1) ainsi qu’un psychologue scolaire venu des USA, a bénéficié des enseignements du Pr. Bi11 Pfohl. qui a présenté un modèle d’intervention en cours aux USA, le NOVA Model (National Organisation for Victim Assistance). Shulamit Niv et Yehuda Schacham, psychologues israéliens ont présenté le modèle Basic-Ph qui permet d’inventorier les besoins des victimes, leur zone de vulnérabilité, leurs propres ressources pour « s’en sortir » (to cope with).

Au delà des modèles théoriques et de la littérature spécifique sur la gestion des PTSD (Post Traumatic Stress Disorders) et le dynamique concept de résilience bien connu maintenant, les temps forts du séminaire ont surtout été les ateliers, les séances, les jeux de rôle, la création de posters, l’animation de groupes de paroles, l’implication en petits groupes au niveau d’un vécu personnel de situations traumatiques. (Situations que chacun était invité à relater s’il le souhaitait) « Si je suis là, c’est que j’ai survécu, que je m’en suis « donné les moyens », donc c’est possible… et cela peut me donner des forces et des compétences pour aider des victimes »… ainsi a démarré la présentation du groupe le 1er jour par Bernhard Meissner.

Le témoignage de 4 psychologues qui sont directement intervenus auprès des victimes dans des écoles (Erfuhrt — Allemagne, Flint — Michigan , en Israel et à Gaza) a été un temps fort.

Quelques points de conclusion de ce séminaire :

  • la première aide à apporter après une catastrophe est une aide de groupe en direction des enseignants (et personnels) de l’école, le plus tôt possible après l’événement, dans le lieu même et en tandem. « Aider ceux qui aident » (to help the helpers) est premier. Le lendemain du drame ce sont les enseignants qui reprendront leur classe et qui auront à faire face aux élèves. L’aide aux familles et aux enfants suit.
  • Il est nécessaire de penser à la prévention et cela passe par un travail auprès des équipes enseignantes qui ne sont pas convaincues du tout que des événements traumatiques puissent arriver dans leur établissement. En Angleterre et en Allemagne la législation impose un plan d’urgence affiché dans chaque école avec les noms et coordonnées des intervenants à contacter. En France seuls l’extincteur d’incendie et le plan d’évacuation des locaux avec les numros d’appel des secours sont obligatoires.

A quand une législation européenne ?

la sécurité est aussi une sécurité psychologique des personnes dans le lieu école. Le plan d’intervention étudié en équipe, préventivement et affiché sécurise.

le travail en équipe est indispensable pour une réelle efficacité; l’intervention d’un psychologue seul n’est pas indiquée.

le soutien psychologique pour les élèves se fait en groupe d’aide par le psychologue. Les enfants très traumatisés sont dirigés vers les services de pédopsychiatrie pour consultation individuelle hors de l’établissement.

  • Au niveau du département, la création d’une équipe pluridisciplinaire d’intervention d’urgence doit mobiliser les volontaires qui peuvent aider les victimes après avoir reçu une formation spécifique. Le psychologue peut être le coordonnateur de cette équipe inter-ministérielle s’il a des talents d’organisateur.
  • Au niveau européen une équipe est déjà formée et. après le stage les participants ,membres de 1’ISPA, ont été invités à en devenir membres.